Quand la Sophrologie soutien l’accouchement

Sophrologie et Accouchement

Vous êtes enceinte et l’accouchement approche doucement mais surement. Des envies, des souhaits, des interrogations et peut être même des peurs peuvent naître à l’idée de ce moment.

Vous pouvez sans aucun doute en parler avec votre sage femme et planifier autant que possible ce jour si important. Prévoir pourquoi pas un projet de naissance avec tous vos désirs. Elle pourra également répondre à vos questions quant au déroulement de l’accouchement et aux divers options qui peuvent vous être proposées.

Pour vous accompagner et vivre ce moment aussi bien et sereinement que possible, vous pouvez pratiquer des exercices de sophrologie. Attention, la sophrologie est un soutien, elle ne représente pas une solution anti-douleur. Cependant, elle pourrait vous aider à la gérer différemment et donc à vivre un accouchement plus paisible.

Grâce à des exercices simples, on permet au corps et à l’esprit de se reposer entre deux contractions afin de reprendre des forces au maximum. Pendant les contractions, ces mêmes exercices vont nous permettre de mieux les accepter et donc de ne plus lutter contre une douleur inévitable.

Premier exercice :

Pendant une contraction, il est naturel face à la douleur de se tendre, de contracter tous nos muscles, sans même s’en rendre compte. Ce phénomène va accentuer la douleur, c’est un cercle vicieux. Il sera alors d’autant plus difficile par la suite de se détendre entre deux contractions.

Je vous propose de faire un travail mental afin de ne contracter que l’utérus. Vous pouvez visualiser votre utérus se contracter et l’accompagner par la penser. Prendre conscience que la contraction et la douleur qui l’accompagne sont la pour que votre bébé puisse naître. La contraction de l’utérus fait descendre votre bébé vers le bassin dans un premier temps puis permet l’expulsion du bébé. La contraction n’est donc pas votre ennemi, au contraire. La douleur fait souvent oublier ce détail si important. C’est pourquoi vous devez le garder en tête et l’accompagner plutôt que de lutter contre elle.

Vous pouvez prendre de grandes inspirations afin de donner tout l’oxygène dont votre utérus a besoin pour fonctionner correctement et  vous expirez toute la douleur que vous ressentez. En même temps, vous prendrez conscience que tous les autres muscles se détendent.

Deuxième exercice :

Pendant la phase de repos, entre deux contractions, il est très important que votre corps se détende, que vos muscles se relâchent. De la tête aux pieds, vous pouvez détendre vos muscles, vos membres: d’abord le visage, la nuque, les épaules puis les bras. Ainsi de suite jusqu’aux jambes.

Sachez que la contraction dure 1mn, la phase de relâchement fait le double: 2mn. Vous aurez donc plus de repos que de contraction musculaire. Il est donc primordial que ce repos soit efficace.

Lorsque vous sentirez qu’il devient difficile d’effectuer ces exercices, votre conjoint(e) pourra alors prendre le relais en vous parlant, en vous disant ce qu’il faut faire, au moment ou il faut le faire.

Conclusion

Plus vous accompagnerez votre corps pendant le travail qu’il réalise, plus les douleurs seront supportables. Soyez à son écoute, vous possédez toutes les capacités nécessaires afin de vivre ce moment. N’hésitez pas à changer de position, à marcher, à adopter des positions qui pourront vous soulager.

La respiration et le fait que vous accompagnez votre corps à réaliser ce travail seront vos meilleurs alliés.

Vivez pleinement ces instants, même lorsqu’ils seront douloureux. Ils font partie de la magie de l’accouchement.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre d’information

Tout les samedis recevez le récap de la semaine !

C'est gratuit et vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Top