glaire cervicale et la fertilite

Quel est le lien entre la glaire cervicale et la fertilité ?

Sous l’influence des œstrogènes, le vagin sécrète un liquide visqueux qui a pour mission première de protéger l’utérus des infections : la glaire cervicale. Cette substance visqueuse localisée plus précisément dans le canal cervical joue aussi un rôle essentiel dans la conception. Découvrez ici le lien entre la glaire cervicale et la fertilité.

Glaire cervicale : définition et rôle

Définition

Produite par les glandes de l’endomètre du col de l’utérus, la glaire cervicale est composée du mucus, d’eau de substances nutritives et enzymatiques. Il s’agit d’une substance blanche et visqueuse qui forme un réseau de mailles tridimensionnelles. Elle se présente sous forme de perte vaginale et varie en fonction de la phase du cycle menstruel de la femme. Il est important de préciser que la glaire cervicale diffère de l’éjaculation (liquide blanchâtre) féminine provenant de l’uretère. Sa constitution change au fil du cycle. Il est à noter aussi que la glaire cervicale n’a aucune odeur.

Rôle de la glaire cervicale

La glaire cervicale joue deux rôles différents. En premier lieu, elle constitue un rempart de protection de l’utérus. En effet, elle équilibre la flore vaginale en nettoyant naturellement l’intérieur du vagin. De ce fait, tous les agents pathogènes et les impuretés qui s’y trouvent sont expulsés à l’extérieur du vagin. En second lieu, elle facilite la circulation des spermatozoïdes vers l’ovule ou au contraire en empêcher l’accès selon le moment du cycle.

Comment connaître sa période de fertilité à travers la glaire cervicale ?

Une femme peut facilement savoir si elle est fertile grâce à la texture de la glaire cervicale. Si vous constatez à un moment donné que cette sécrétion devient très abondante, il est fort probable que l’ovulation approche. Si de plus, elle est semblable à « un blanc d’œuf », alors cette probabilité se transforme en une évidence. Ce qui est encore plus intéressant, vous aurez la possibilité de l’étirer de quelques centimètres entre les doigts. Ce sont les estrogènes secrétés par les ovaires qui la rendent liquide et filante. Si par contre, la glaire cervicale ne présente pas cette texture, alors vous êtes dans votre période d’infertilité. L’observation de ces périodes peut être utilisée comme méthode de régulation des naissances.

Les différents types de glaire cervicale

Il existe plusieurs formes de glaire cervicale.

La glaire cervicale liquide

Il est normal d’avoir une glaire cervicale liquide lorsque la phase ovulatoire s’annonce. Une femme qui retrouve cette forme de glaire est assez fertile pour concevoir facilement. Grâce à la fluidité de cette glaire, les spermatozoïdes arrivent à migrer vers l’ovule libéré.

Pour ce qui est de la glaire pâteuse, celle-ci est peu collante et empêche ainsi le passage des spermatozoïdes. Cette glaire se manifeste au cours de la phase post-ovulatoire.

La glaire cervicale jaune

Généralement avant l’approche des règles, la glaire change de texture et peut donc devenir jaunâtre. De plus, il devient encore plus épais afin de mieux protéger l’organe génital. Par contre, il peut s’agir d’une infection dans le cas où cette dernière serait accompagnée de brûlures, de démangeaisons voire des mauvaises odeurs. Dans ces cas, l’idéal serait de faire appel à un professionnel de la santé.

La glaire cervicale rosée ou marron

Cette forme de glaire cervicale est généralement un mélange de sang et de perte. En réalité, il arrive des moments ou de vieux sangs se retrouvent dans l’appareil génital. Une fois oxydé dans le corps, le sang devient brun. Quand le vagin commence par libérer la glaire, il sort avec cette dernière sous forme de perte rosée ou marron. Cela est bien évidemment normal. Néanmoins, cela peut être le signe d’une ménopause chez les femmes ayant plus de 45 ans ou une irritation du col de l’utérus.

La glaire cervicale acide

Le pH de la glaire cervicale varie entre 6 à 8,5. D’après plusieurs médecins interrogés, le pH idéal doit osciller entre 7 et 8,5. Cela dit, il peut y avoir fécondation lorsque le pH est entre 6 et 7. Le pH peut réduire considérablement à cause d’une infection. Dans ce cas, il peut donc avoir des conséquences graves sur la fertilité d’une femme.