601a670077960.jpeg

Comment s’effectue la garde partagée d’un enfant ?

Nous observons un peu plus souvent des couples ayant des enfants, mais qui ne cohabitent plus. Dans de telles circonstances, une question primordiale se pose. Celle de l’organisation de la vie des enfants. En moyenne, 12 % des couples dans ce cas de figure optent pour la garde partagée. Il s’agit d’un mode de partage de l’autorité parentale pouvant se définir à l’amiable par les deux parents. Toutefois, pour une officialisation, nous suggérerons de saisir un juge spécialiste du domaine. Nous vous aidons à mieux comprendre ce type de garde. 

L’entente des parents

Nous observons souvent des foyers dans lesquels les parents ne s’entendent pas ou dans lesquels il y a un conflit majeur entre eux. De telles situations risquent d’instrumentaliser les enfants. Dans le cas d’une entente entre les deux parents, il n’est pas nécessaire de passer devant un juge obligatoirement pour statuer sur ce mode de garde.

Lorsqu’une telle situation se présente, un médiateur familial peut aider à trouver une solution. Au cas où les mésententes persistent, nous vous orienterons vers les instances judiciaires qui trancheront sur la situation. Elles vont examiner les différents faits qui leur seront soumis, puis un juge prendra la décision finale.

Tenir compte de la proximité de résidences des parents et de l’école de l’enfant

Les parents ne doivent pas vivre côte à côte. Nous vous conseillerons de ne pas habiter à plus de 45 minutes l’un de l’autre. C’est le temps de trajet qui doit être pris en considération. Nous vous rappelons également de tenir compte de la distance qui sépare le domicile du parent de l’école où étudie l’enfant.

En effet, il peut même arriver que les instances judiciaires refusent les gardes partagées pour des parents habitant tous deux dans la même ville, mais dans des arrondissements beaucoup trop éloignés. Nous recommandons donc d’orienter vos pensées en premier lieu sur la durée requise pour amener et ramener l’enfant au quotidien.

Tenir compte de l’âge de l’enfant

Nous parlons ici d’un nourrisson ou d’un enfant de moins de 3 ans. Dans ce genre de situation, la garde partagée aura du mal à s’effectuer. Les enfants de cette catégorie d’âge dans la majorité des cas sont incapables de supporter ce type de garde. C’est l’un des critères que prennent en en compte par les instances judiciaires pour trancher. Toutefois, cela n'empêche pas les parents de l’effectuer également.

Prendre en considération les conditions matérielles

L’enfant doit disposer de sa chambre, de son espace et éventuellement d’un espace pour travailler. Tout ceci doit se trouver dans un cadre décent qui assure sa sécurité et son bien-être. Dans le cas où il s’agirait de plusieurs enfants, le logement doit prendre en considération leur âge et leur sexe.

Nous demandons à chaque parent d’avoir un logement prêt à accueillir quotidiennement l’enfant. Bien évidemment, un parent qui ne possède pas assez de ressources ne sera pas lésé et ne perdra pas la garde de son enfant pour cette raison. Dans la plupart des cas, nous remarquerons que le parent plus aisé financièrement donnera une pension. Cette pension permettra à l’autre parent d’être dans les mêmes conditions qu’avant leur rupture.

Définir le modèle de garde partagée

Plusieurs modèles de garde partagée peuvent être élaborés en considérant la personnalité, les besoins spécifiques ou l’âge de l’enfant. La situation des parents est également à prendre en compte.

Dans le cas où l’enfant aurait entre 0 et 3 ans, nous souhaitons que celui-ci reste au domicile de l’un ou de l’autre des parents. Il faut bien évidemment tenir compte de l’allaitement. Nous pouvons mettre les heures de visites autour des heures d’allaitement pour que l’enfant puisse jouir au maximum de la présence de son papa.

Pour les enfants de 4 ans et plus, nous conseillons que la garde partagée soit effectuée de façon progressive. Trois à cinq nuits par semaine chez l’un ou l’autre des parents est largement suffisant. Il est préférable d’attendre que l’enfant grandisse avant d’augmenter la durée d’alternance.

Quel que soit le modèle choisi, il est indispensable que nous soyons attentifs aux réactions de l’enfant. Certains enfants vivent mal les changements fréquents de domicile. Si c’est le cas, il est préférable d’opter pour un autre type de garde.