Baptême musulman

Le terme de « baptême » provient majoritairement de la religion chrétienne et n’est donc pas vraiment employé chez les musulmans. On parle plutôt de rites traditionnels célébrant l’arrivée au monde du nouveau né, ainsi que son entrée dans la communauté musulmane. Voici l’essentiel à connaître sur cette célébration.

Comment célébrer l’arrivée d’un enfant chez les musulmans ?

Le jour même de la naissance, dès la sortie du ventre de la mère, le père doit prononcer l’Adhan à l’oreille droite du tout-petit, soit l’appel à la prière. Il récite ensuite l’Iqamah (début de l’office religieux) dans l’oreille gauche du bébé. Tout cela va permettre à l’enfant de recevoir la protection d’Allah.

Sept jour après la naissance, un fête est organisée par les parents. Il ne s’agit pas à proprement parlé d’un baptême, car ce mot appartient plutôt à la religion catholique et il n’est en aucun cas question d’asperger ou d’immerger l’enfant. De plus, cette célébration ne se déroule pas dans un lieu de culte, mais généralement au domicile des parents. Plusieurs rites vont tout de même avoir lieu pour accueillir l’enfant dans la religion et dans la communauté musulmane.

Pour cette cérémonie, la présence de l’imam n’est pas nécessaire, c’est le père de famille qui est en quelque sorte le chef d’orchestre du rituel. Il va d’abord choisir le prénom musulman de l’enfant en prenant l’un de ceux de la famille du prophète Mahomet, et l’annoncer publiquement. Ce même prénom doit avoir une belle signification et ne pas porter préjudice à l’enfant.

Le père va ensuite sacrifier un animal par immolation. Si le bébé est une petite fille, un mouton sera sacrifié, contre deux s’il s’agit d’un petit garçon. Cet acte a pour but d’éloigner le mal pour mieux se rapprocher d’Allah. La viande est ensuite partagée en trois partie distinctes : l’une est consommée durant le repas de la fête, l’autre est donnée aux pauvres et aux nécessiteux, la troisième est gardée par la famille. Cette tradition est appelée « Aqiqah » ou « Akika ».

Après cela, les cheveux de l’enfant sont rasés. Ce rite symbolise la purification du nouveau-né. Lesdits cheveux sont pesés, puis la famille s’engage à offrir en aumône l’équivalent de leur poids en or ou en monnaie.

La célébration se termine par un grand repas réunissant la famille de l’enfant et les amis proches.

Concernant la circoncision, il faut savoir que même si cette pratique est courante, il n’est pas obligatoire de la faire le jour même du baptême. Elle devra cependant être effectuée avant que l’enfant n’ait atteint l’âge de 5 ans. Quel que soit le moment choisit, elle doit être réalisée par un spécialiste.

Comment calculer le 7eme jour de naissance ?

Comme cité plus haut, la naissance de l’enfant et les rites qui s’en suivent doivent avoir lieu le 7ème jour suivant sa venue au monde. C’est impératif. Le décompte de ce jour bien particulier se fait dès le premier jour si le bébé naît durant la nuit, ou le lendemain si l’enfant naît durant la journée.

La tradition de la médaille

La médaille en or est un cadeau très populaire à offrir au bébé lors de la célébration de sa naissance. Elle sera remise au moment du repas. Il s’agit généralement d’une main de Fatima (« Khamsa »), ou d’une médaille en or représentant la Khamsa. D’autres modèles peuvent revêtir la calligraphie Allah Bismillah, ou encore le croissant de lune avec l’étoile.